Ouverture Parfumerie Artistique Philippe K.

14 octobre 2015 at 8 h 47 min

Inscription par mail : philippe@philippek.com

 

image 6.3

OCTOBRE 2015

25 août 2015 at 17 h 51 min

Sans titre

Je vous en avait parlé dans le dernier article… Après 3 mois de développement, 4 mois d’élaboration et autant d’impatience pour vous l’annoncer… le voici entré en production, à Grasse en France

RDV en octobre 2015 pour sa présentation…

 

teaser-10-2015b

Philippe K… 1 an !

7 août 2015 at 8 h 22 min


Sans titre 1

1 an… Ce qui devait être une petite entreprise de conseil à son ouverture, est devenu en 12 mois une jolie histoire, qui a réuni autour d’elle, des amoureux du métier, du travail bien fait et bien entendu, des passionnés ! Cette histoire ne serait rien sans toutes les personnes qui ont apporté leur pierre à l’édifice… Des rencontres humaines incroyables aux moments inoubliables, en quelques mots, voici la courte mais très épique, histoire des 1 an, de l’entreprise Philippe K.

7 Août 2014, 21h00. Cela faisait si longtemps que j’attendais ce moment. Le site internet ouvre ses portes après 2 mois de travail intensif avec mon ami Pascal, qui mettra son talent (et ses nuits) à l’aboutissement de ce projet web; pour transmettre à travers ces quelques pages sur un écran, toute l’émotion que l’on peut ressentir lorsqu’on parle de parfum…

 

header-blog

Les photos étaient déjà prêtes, il ne manquait que le logo… Un après midi autour d’une table, une signature sur un morceau de papier, puis tout s’est enchaîné. 
Capture d’écran 2015-08-03 à 16.01.30

 

Le logo viendra comme une évidence. Ce K. qui fait partie de mon histoire, de mes origines. K de Kumara, prénom qui fût le premier, à ma naissance, et qui ne me quittera jamais. Quelques idées plus loin, voici l’aboutissement de ce premier projet.

PK_gris_moyen

 

Tout y est ! La rigueur, la créativité et l’envie d’en savoir plus… C’est l’unique but que j’avais ! Transmettre toute ma passion, et tout ce que je savais à propos du parfum, de son histoire et de son importance. Dans les moindres détails. Mais il fallait faire du client, le point central de cette idée. Proposer un service unique, centré sur lui et rien d’autre ! Les « expériences Philippe K. » étaient nées… Un voyage olfactif dans lequel il passerait une journée complète autour du parfum, à la découverte de sa personnalité et de sa signature olfactive.

Le lancement a lieu le 4 Septembre, avec la marque de Haute-Parfumerie Jul et Mad… Presse et clients se retrouvent pour une rencontre unique entre curieux et gens passionnés !

 

IMG_2838

Puis le premier article ! Fémina, en pleine page. Je me sens fier et surtout heureux… mes parents aussi.

 

Femina 12.2014

Suivra Edelweiss et Agefi Life… et l’ouverture du blog ! Cette zone de liberté qui m’est si chère…

PK-leblog-gris

 

 

 

 

En mars, l’invitation de la marque Jul et Mad à venir présenter leur gamme, au mondial du parfum de niche, à Milan. Me and JM

Une expérience unique, qui sera marquée par la rencontre avec Luca Maffei, parfumeur-créateur, nez des deux dernières fragrances de la marque Jul et Mad, Garuda et Néa. Mais également, sans que nous le sachions encore, nez du premier produit parfumé Philippe K….

AFM 2

Quelques semaines plus tard… Luca et moi entamions la grande aventure… Trouver et assembler ensemble le parfum qui sera celui de la première création de la marque Philippe K.

 

 

AFMAFM5

 

Etui 24 mois, 8 prototypes, 12 skypes et quelques selfies ratés plus tard, le développement est enfin fini. Il est là…Ce bel objet qui réunira les savoir-faire et non des moindres. Il combinera subtilité, luxe et passion, tout en faisant attention à cette nature qui m’est si ressourçante. Il fallait qu’il soit parfait, sans reproche ! Et qu’il offre une expérience olfactive grandiose !  Il fera son entrée avec surprise, élégance et luminosité au mois d’Octobre 2015. Mais il fallait encore ajouter une chose… 8 lettres qui afficheraient fièrement ma ville d’adoption ! Lausanne… dont je suis si fier d’y avoir inauguré mon siège en son coeur !

Sans titre

Et la suite, vous ne la connaissez pas encore. En octobre, l’ouverture de la première boutique-appart Philippe K. qui permettra de profiter d’une consultation en parfum d’une heure, ainsi que de la découverte de produits de niche unique à Lausanne et surtout le lancement de la toute première création olfactive de Philippe K. Suivra également d’ici la fin de l’année, l’inauguration du nouveau site web. 2015, qui marque cette première année d’activité, est loin d’avoir livré toutes ses surprises… Et pourtant, ce succès, je le dois à ceux qui m’ont fait confiance, remis en question, félicités, écoutés, rappelés, et accompagnés tout au long de ces 365 jours intenses et rayonnants ! Et ils sont nombreux…

Daniel, ma famille (mes parents, Valérie, Danielle), Pascal, Julien & Madalina, Debra, Elodie & Olivier, Niki, Paty,  Brandusa, Luca, Cécile, Jemila, Christina & Anton, Céline, Micael, , Susanne, Patrick, Matthieu, Estelle, Laetitia, Fatma, Sabine & Alex & Robin, Dominique, David, Stéphanie, Maxence, Christelle, Alberto, Carine, … et sûrement d’autres, qui ont de près ou de loin contribuer à un tel succès ! 

Si le voyage olfactif promettait d’être unique, ce voyage épique ne pouvait me faire davantage plaisir ! Ces mots, ce travail et cette passion viennent du coeur. Je donnerai toujours ce que je peux, j’apprendrai encore et transmettrai le meilleur. Merci ! A vous, lecteurs et lectrices, passionnés et curieux, de m’avoir fait une place dans votre quotidien. De m’avoir fait confiance et d’avoir permis à mon rêve de prendre vie,

A vous ! Merci !

Philippe K.

 

Philippe K.

Le Gemme de Bulgari

5 juillet 2015 at 19 h 01 min

25101.attach

Qui ne connaît pas la très belle marque de joaillerie Bulgari ? Récemment rachetée par le groupe LVMH, c’est donc tout naturellement que la marque, déjà active dans le parfum depuis 1992, vienne rapidement sur le terrain très convoité des parfums de niche ou plus récemment, en Haute-Parfumerie.

Tout commence en fin mai, lorsque sans prévenir, je reçois un message de l’agence de communication attitrée de la marque, me proposant de recevoir à mon domicile leurs nouveautés parfums. C’est donc avec honnêteté que j’adresse ma réponse, en précisant que je travaille essentiellement au niveau des marques de niches et de Haute-Parfumerie. Je profite également d’ajouter que si le produit fini ressemble à la gamme sélective, c’est un bien trop grand risque que de vouloir me faire parvenir la gamme.

Aucune réponse. 2 semaines plus tard, un colis. Ils sont là ! L’incroyable coffret destiné à la presse et aux critiques, accompagné d’un flacon Ashlemah. Je précise qu’aucune demande n’a été formulée de leur part pour que j’écrive un article.

En ouvrant ce coffret d’une qualité rare, ce sont 6 petites doses d’essai qui s’offrent à moi. Même surprise pour le flacon en forme d’amphore, d’un noir mat très agréable au touché, ainsi que pour la luminosité du cabochon, qui ne déçoit pas après la découverte de son emballage soigné, rappelant un coffret à bijou. Je le reconnais bien… Ce talent rare du groupe, à apprivoiser savamment l’oeil du client, qui ne cesse de vouloir mieux, en terme visuel.
SAMSUNG CSC

Je prends un plaisir caché à ouvrir chaque petite fiole, et découvrir leurs jus précieux. Il est vrai que je ne m’attendais pas à un tel luxe entre mes mains, de la part de Bulgari Parfum. La présentation, est sans aucun doute, complètement réussie. L’expérience est nouvelle et étonnante dans cette première étape.

Il y a toutefois une chose que je redoute, c’est mon seuil d’exigence, qui malheureusement, ne s’arrête pas à l’aspect visuel. Bien trop souvent, un magnifique travail autour du flacon / packaging peut parfois révéler une déception en terme olfactif, qui je le rappelle compte, notamment dans le choix de son parfum ! J’ajoute qu’ici, il coûte 350 CHF.

Bulgari Le Gemme, c’est donc, après quelques recherches sur le net, une gamme qui vient se hisser dans la très exigeante sphère de la Haute-Parfumerie. Sphère très respectée tant par les clients que par les acteurs du secteur. Une sphère dans laquelle, le jus représente la part la plus importante du travail. On peut également constater une uniformisation des flacons, un choix pour les matières premières nobles et nouvelles, dont la concentration frôle les 20%, voire les dépasse. De plus, les marques de ce niveau limitent voire opèrent une disparition quasi complète de leur présence marketing. Exit press inserts et autres plans médias.

Daniela Andrier signe ici les 6 fragrances. Une interview sur le net nous fera également voyager dans le luxe et la passion de son métier. Par ailleurs, elle signe dans son passé de très beaux jus de marques de luxe, mais en gamme sélective. Elle met donc à rude épreuve son nom, en s’affichant aux côtés d’une marque Haute-Parfumerie.

SAMSUNG CSC

Le voilà, le moment finalement tant attendu pour vous, et tant redouté pour moi, de vous donner un avis sur cette nouvelle gamme. Sans oublier tout le respect que je dois au travail respectable de chaque personne dans le développement d’un projet tel que celui-ci, je n’arrive pas à oublier à quel point le marketing des marques du puissant groupe, bien rôdé depuis le temps, oublierait de saisir sa part du Lion dans cette splendide affaire juteuse. Mon intégrité m’oblige à vous donner un point de vue honnête.

Tout d’abord, aucune des six fragrances ne dépassent la concentration de 15%, soit se limitant ainsi à l’appellation Eau de Parfum. La tenue sur la peau, tenant compte d’un pH entre 4-5, s’en fait par ailleurs ressentir.

Puis je découvre les fragrances, qui viendront stimuler les souvenirs olfactifs de mes années chez Sephora. Je découvre sous des « notes camouflages », les quelques best-sellers de la parfumerie sélective, remaniés évidemment pour ne pas rendre cela trop évident. Dior, Hermès, Chanel, Guerlain, et même Thierry Mugler. Les accords sont identiques, et j’aurais souhaité une création aussi audacieuse que pour leur savoir-faire premier, la joaillerie. Je découvre avec une fragrance juste pas assez concentrée pour nous emporter dans un voyage olfactif unique et de longue haleine.

Avec tout le respect que j’ai pour le travail du parfumeur, des équipes de développement produit, de marketing et de chef produit parfum, je regrette tout simplement de ne pas avoir vu davantage de prises de risques, d’avant-gardisme et de culot. A force de minimiser les risques, ces marques aux budgets colossaux n’honorent que très peu les risques encourus par les marques qui développent réellement un produit de Haute-Parfumerie.

En effet, à 350 chf les 100ml, le choix reste hésitant, surtout après l’essai sur la peau, qui peut, pour certains aficionados, être décevant.

Que cet article continue à hisser le niveau des acteurs de cette très belle industrie du parfum de niche, tout en rappelant aux consommateurs qu’ils ont le pouvoir de faire évoluer les habitudes des créateurs de rêves. Ces derniers ont malheureusement oubliés un peu trop souvent leur rôle de proposer un produit sain et honnête, à un client de plus en plus attentif…

En définitive, mes conseils sont de les découvrir, vous faire votre propre idée, et venir remettre à leurs places, mes rêves d’audace et de culture olfactive ! Surtout si vous ne pensez pas comme moi ! Je n’en serais que davantage ravi !

600_bvlgari_gemme

Pour terminer sur une note positive, je tire mon chapeau pour la présentation du coffret de 6 petits étuis,  que je suggère de mettre en vente. En effet, il propose une très jolie présentation invitant le client à découvrir plus qu’une gamme de parfum, un univers où l’on retrouve l’élégance que la marque Bulgari nous a toujours présenté avec finesse, dans son univers joaillier.

 

Philippe K.

 

Interview par AGEFI Life

14 juin 2015 at 12 h 04 min

Mes chers lecteurs,

Je publie chaque mois un article, sans savoir combien de personnes le liront. Pour autant, ce qui m’anime est mon envie de partager, de faire vivre le parfum différemment. De le regarder se dévoiler, nous dévoiler. Dans un monde où l’on attise votre attention au travers de concept marketing ingénieux, ce qui marquera la différence des entreprises qui naissent aujourd’hui sera la sincérité de leur démarche.

J’espère vous faire plaisir, et vous apporter, si ce n’est un voyage olfactif unique, un peu de ma passion au travers de mes articles.

Je continue de recevoir des produits par les marques de parfum, qui prennent le risque de me faire parvenir leurs collections pour un article. En parallèle, une seconde marque vient d’entrer dans l’entreprise Philippe K., je vous la présenterai très rapidement…

En attendant, voici le dernier article paru dans le magazine AGEFI Life, bi-mensuel masculin, luxe – tendance – culture. Comparatif entre Nose, Guerlain et Philippe K. puis une très jolie interview pour terminer. J’espère qu’il vous plaira !

Découvrez-le en cliquant sur la couverture ou sur le site www.philippek.com (onglet Presse)

 

Capture d’écran 2015-06-14 à 13.00.46
Capture d’écran 2015-06-14 à 12.59.30

 

 

 

 

 

 

 

A très bientôt pour de nouvelles découvertes olfactives…

Philippe K.

Le Kintsukuroi : Ce bol qui nous rend beau !

14 avril 2015 at 8 h 45 min

Et si, sans le savoir, nous étions tous un Kintsukuroi ?

Tea_bowl_fixed_in_the_Kintsugi_method

Nous nous parfumons chaque jour. Le plus souvent devant notre miroir pour ne perdre aucune seconde de ce voyage !  C’est en saisissant ce flacon que nous offrons à nos yeux ce magnifique spectacle. Le bijou, saisi entre nos doigts, relâchera un précieux nuage de molécules odorantes qui, au contact de la peau, éclatera en une centaine de notes olfactives des plus précieuses. Notre corps entier réagit à cette alchimie qui nous offre là son plus beau résultat. Séduisant, attirant, fragile et mystérieux, envoûtant ou pétillant. Quel que soit l’adjectif qui caractérise notre personnalité, le parfum nous sublime et nous rend fort. Nous voilà donc prêts à quitter la maison, celle qui nous protège et nous rassure.

Prêts pour affronter les rues et ses regards, parfois bienveillants et parfois moins. Une chose est sûre : notre parfum nous protège. Il est ce meilleur ami invisible qui se faufile dans l’air et enivre les esprits des gens qui nous croisent, parfois de trop près. Avec lui, je suis beau. Avec lui, je me sens parfois moins fragile.

Pourtant fragile, je le suis. Je le suis, mais je ne le dis pas. Personne ne le sait vraiment, sauf ce reflet dans le miroir. Lui il le sait ! Ce vieil ami qui me regarde chaque jour, qui emprunte mes traits et mes humeurs et me montre ce que j’arrive si bien à cacher à d’autres. Je l’aime ce vieil ami, car c’est lui qui me montre la vérité, qu’aujourd’hui je regarde avec fierté.

Le parfum n’a donc rien d’un subterfuge. Tel un vieux sage, ma signature olfactive retrace fièrement mon histoire, ses émotions et son caractère. Ma vie en une seule senteur. Mon humeur d’un seul coup de nez ! C’est grâce à lui que les yeux de ces autres, ici ou ailleurs, voient ma fragilité, qui brille comme de l’or, qui scintille fièrement, qui éblouit sans craindre d’aveugler.

e67e115303dd70be4bea3869fa7af017

Être fragile n’a jamais été si beau ! Etre cassé en mille morceaux n’a jamais été aussi bienfaiteur ! Si tout le monde ne sait pas encore comment transformer ses échecs en or, alors en moi, ils trouverons l’inspiration ! Aujourd’hui, je suis un Kintsukuroi !

Définition du mot Kintsukuroi: Mot Japonais qui signifie « réparer avec de l’or ». L’art de réparer une poterie avec de l’or, afin d’en réunir les morceaux. Comprendre ainsi que la pièce est encore plus belle par le fait d’avoir été cassée…

Philippe K.

Esxence 2015 Milano

3 avril 2015 at 10 h 08 min

Oh oui ! Je l’attendais ce séjour à Milan. A peine le pied posé en gare de Milano Central, je sentais déjà que ce séjour serait unique. Je n’allais pas être déçu.

Je saute dans un taxi (qui, accompagné d’un regard lourd de sous-entendus, me précisera que j’aurais tout à fait pu aller à ma destination à pied) et pars retrouver Julien et Madalina au centre. Nous sommes à la veille de l’ouverture, nous devons installer l’espace Jul et Mad Paris sans plus attendre.

Outside the temple

A peine entré dans cet hall d’exposition, je découvre les alcôves de chaque marque. Une fourmilière qui s’active, chacun son métier, tous selon un timing qui devient de plus en plus serré. Les heuGolden Jul et Madres passent, les gens défilent, les nouveaux visages me regardent, nous regardent, nous saluent souvent, nous embrassent parfois, en marchant.

Il est prêt, nous allons enfin pouvoir partir nous reposer un peu. La nuit sera courte, et le réveil se fera dans l’excitation de présenter la nouveauté. J’ai peur, je ne sais pas vraiment si je serai à la hauteur, si mon anglais sera suffisant, si je ferai voyager les visiteurs comme j’aime le faire en découvrant avec eux une nouvelle fragrance.

Chemise repassée, blaser parfaitement reposé sur mes épaules, derniers ajustements vérifiés, derniers regards. Les portes s’ouvrent.

Alcôves et standsSans oser regarder cette heure qui défile, je comprends que les deux premiers jours ouverts à la Presse, aux Distributeurs et aux Retailers seront chargés et passionnants. Leurs yeux nous regardent, nous fixent, nous questionnent. Attentifs et passionnés, certains pourraient passer des heures à nous écouter. Ils le savent, le salon regorge de nouveautés qu’il faudra se dépêcher de reporter sur un blog ou dans un article. La course est lancée, nous sommes trop nombreux pour se tromper. Notre nouveauté doit et sera l’une des meilleurs.

Ce sentiment incroyable et unique me submerge. Je le sais, je suis à la bonne place. Je me suis battu pour faire entendre une voix, pour que les consommateurs ouvrent leurs yeux et se débarrassent des influences du marketing pour faire un choix. On le sait, il est omniprésent dans l’industrie du parfum, mais il est quasi secondaire dans ce salon. Les marques le savent, chaque visiteur sera avant tout sensible à la structure olfactive d’un parfum,  sa complexité et sa profondeur.

Me and JM

Raconter une histoire, faire voyager le parfum d’un pays à l’autre, plonger dans un marasme d’émotions inconnues ou méconnaissables, le parfum reste l’un des moyens le plus sûr de quitter ce monde fou, l’espace de quelques instants. Eux, moi, vous… nous cherchons tous du rêve, et c’est à Esxcence Milano que j’ai fait l’un des plus beau !

Tous voulaient créer l’événement, mais le marché est impitoyable. Il faut être bon, il faut investir et ne pas se tromper. Les professionnels ne s’y trompent pas et le salon fait chaque année des victimes. Cette industrie est sans compromis, et la marque Jul et Mad aussi !

Je le savais, aux premiers regards de ces visiteurs. En approchant de notre espace, leurs yeux ronds, que j’aime voir, ceux d’un enfant à qui l’on aurait promis une surprise, un nouveau jouet. Ces yeux s’ouvrent et s’illuminent. Ils nous regardent avec grandeur et prêt à bondir de joie. Nous ne pouvions pas les décevoir. Ni eux, ni nous-même.

3 nouveaux-nés en même temps. 3 nouvelles fragrances. Les Whites : Néa, Nin-Shar et Garuda. Chaque création repose dans un écrin entièrement fait à la main, en bois laqué des plus raffiné, renfermant un flacon au savoir-faire des plus rare. Plongé dans un bain d’or, le précieux flacon viendra se sceller parfaitement dans son écrin s’ouvrant comme une pièce de théâtre. La pièce sonne ses 3 coups, et nos yeux s’ouvrent sur ces merveilles… Les mots ne suffiront pas, ne suffiront jamais à décrire l’émotion ressentie aux premières accroches de ces trois créations. L’une d’elle aura marqué mon sens le plus affuté.

Garuda. Hommage à la mythologie bouddhiste, moitié homme moitié oiseau, ce dieu sera sera le symbole de la civilisation disparue d’Angkor. Jamais je n’avais senti cela auparavant. J’avais par ailleurs très peur. Du oud, encore du oud. Ce oud si recherché, et si détesté. Trop lourd, trop imposant. Trop. Oui mais…

Golden GarudaIl y a un secret. Une fragmentation de ce bois rare comme jamais utilisé auparavant. Un secret des plus difficile à garder. Oui car c’est bel et bien le secret. Difficile pourtant de croire que cette note si lourde et terreuse puisse être enfin utilisée de manière digne. Elégant, Garuda réussit l’exploit, celui de manipuler le oud, lui donner l’ordre de se fondre dans la masse, et de venir se faufiler entre chaque note, afin de les rendre plus puissantes et plus ancrées dans leur pyramide. L’or est au rendez-vous. Il est là, sous nos yeux, dans notre main et dans notre nez. L’or porte enfin son identité olfactive.  Le safran sera doré, le timbersilk sera doré. Coup de foudre pour le cashmeran et hommage à ce bas relief de ce temple Cambodgien qui, lorsque le soleil se couchera, viendra frapper les reliefs de ces murs, gravé de milles Garuda. La pierre se change en or, chaque soir. Patchouli et vanille viendront lui apporter douceur et rareté. Pourtant oui pourtant…

Garuda du haut de son exploit olfactif ne fera pas d’ombre à Néa et Nin-Shar. De l’opulance de Byzance aux jardins suspendus de Babylone, chaque création ne trompera pas les aficionados du domaine. C’est ici l’une des plus belle réussite du salon, et de l’année 2015. Et c’est Julien et Madalina qui la propose, … Et c’est moi qu’ils ont choisi pour honorer cette présentation mondiale.

De ma rencontre avec Luca Maffei, parfumeur et créateur de Néa et Garuda, et de son adorable collègue Brandusa, à celle de Roberto eMen in framet Daniela, et à celle de nombreux passionnés et professionnels du métier, ce séjour n’aurait pu être plus beau. Malgrés certaines jalousies qui nous rappellent à quel point nous pouvons être fier de ce que nous sommes et faisons, le salon et ses merveilles auront fait la valeur de cet article, qui lui-même fera la fierté de mes proches. Ceux qui savent que je revis en parlant de parfum, que je m’enivre de chaque histoire avec naïveté et que j’invite chaque personne qui le choisira, à partager ce voyage avec moi…

Merci pour ce moment, de votre confiance, Julien et Madalina. Esxence Milano… See you next year !

 

Mad et Me

 

Philippe K.

 

 

L’éditeur de parfum Frédéric Malle : De la révolution au chants des sirènes

7 mars 2015 at 18 h 26 min
C’est lors d’une rencontre téléphonique avec la journaliste presse d’un magazine Suisse, que simplement, je m’interroge? Est-ce que Frédéric Malle sait créer des parfums? Lui qui possède une marque à son nom, mais dont les 21 créations sont signées par un nez différent, et non des moindres.
Perfums Frédéric MalleFrédéric Malle côtoie la parfumerie dès son plus jeune âge, car son grand-père maternel était un ami d’enfance de Christian Dior. Il va lui-même créer les parfums Christian Dior jusqu’à ce que sa fille (la mère de Frédéric Malle) en soit la directrice artistique. Mais en réalité, c’est pour l’esthétisme qu’il se passionne. Il partira à New York débuter une école d’art et économie, tout en effectuant quelques travaux de photographie. Puis en 1987, il se décidera à suivre les pas de son grand-père en se rapprochant d’un ami Jean Amic qui n’est autre que le directeur de la société de composition Roure (devenue par la suite Givaudan).
C’est en côtoyant quotidiennement les grands nez du parfum à leurs débuts, qu’il tissera un lien particulier avec eux, développant ainsi ce projet fou que de devenir « éditeur de parfum ». Allant ainsi à contre sens de la parfumerie traditionnelle, forme de prison dorée pour les nez dont la créativité ne sera que rarement débridée, évoluant de préférence vers une création obligée, dirigée par les bureaux de tendances ou la direction artistique de la marque.
Une aubaine pour ces nez qui vivait encore leur liberté. Voilà également pourquoi chaque nouvelle fragrance de l’entreprise Frédéric Malle porte le nom de son créateur. Il ouvre ainsi en 2000, l’entreprise « Les éditions de parfums Frédéric Malle », avec une première boutique à la rue Grenelle à Paris.
frederic_malle_paris
En définitive, Frédéric Malle, apportera davantage sa passion pour l’art et le design en dessinant par exemple le logo de sa firme, ainsi que chaque ShopInStore et boutiques qu’il ouvrira dans le monde, et laissera ainsi, comme de nombreuses marques de parfumerie de niche, les nobles lettres du parfum à ceux qui en ont fait leur métier de talent.  Pour le plus grand plaisir de nos nez.
Aujourd’hui, la firme Frédéric Malle a été vendue au groupe Estée Lauder, géant américain, qui monte ainsi sa première marche sur le marché de la niche en parfumerie. Triste nouvelle selon moi. Je prie pour que les quelques marques intimes qui existent aujourd’hui et existeront demain, restent intimes et ne cèdent pas aux chants des sirènes, dans un monde où luxe et exclusivité ne riment pas avec passion, mais avec chiffre d’affaire.
Du projet fou venu d’une idée révolutionnaire évoquant la liberté, ne restent que les créations d’une marque qui aujourd’hui, est entrée dans les rangs du luxe, et de son groupe mondiale, dont les codes lissés n’ont de révolutionnaires que leurs techniques de marketing.
Philippe K.

 

Philippe K. part à Milan…

5 mars 2015 at 22 h 33 min

Lorsque l’une des plus belle marque de Haute-Parfumerie Française, Jul et Mad Paris, participe au Salon mondiale de la parfumerie de niche et Haute-Parfumerie de Milan, Esxcence et me propose pour cette 7e édition, d’être leur invité d’honneur, c’est évidemment sans tarder que je m’empresse de, fièrement, le partager avec vous.

Une telle reconnaissance au niveau international ne pouvait plus me réjouir.

Merci à Jul et Mad pour cette magnifique invitation, et Esxcence de m’offrir l’une des plus belle rencontre avec le parfum de niche et Haute-parfumerie mondiale.

Stay Tuned and… Be your scent !

 

 

PhilippeK_JUL ET MAD_Exsence15

 

Mystique Série 3… Incense by Comme des Garçons

1 février 2015 at 2 h 45 min

comme-des-garcons-series-three-incense-bigNé de la fusion entre la personnalité avant-gardiste de Rei Kawakubo, et le directeur olfactif de la marque Christian Astuguevieille, la marque Comme des Garçons frappe un grand coup en 2002, en sortant une gamme de 7 séries de parfums, dont la très remarquable et remarquée Série 3 INCENSE.


incense-avignon-comme-des-garcons

 

 

Voyage au coeur des rituels de l’encens autour du monde, la Série 3 Incense Avignon est l’un de mes coups de coeur. Un départ étonnant par son accord Sauge / Muscade Poivrée, puis un coeur mystique en résine profonde de Benjoin / Oliban et plus rare le Wenge. L’ensemble repose sur un fond discret de Vanille accompagnée par un seconde résine de Cyste, qui lui apporte cette note profane de l’encens.

Ce parfum m’emporte. Chaque note se fond sur ma peau, pour y déposer son âme fumée, presque minérale. D’une spiritualité envoûtante, sa personnalité intrigue et interpelle. Cette senteur presque humide du bois vieillissant jusqu’au voile de poussière sur la pierre… laissez-vous bercer, le voyage commence ici…

Philippe K.