Le Kintsukuroi : Ce bol qui nous rend beau !

14 avril 2015 at 8 h 45 min

Et si, sans le savoir, nous étions tous un Kintsukuroi ?

Tea_bowl_fixed_in_the_Kintsugi_method

Nous nous parfumons chaque jour. Le plus souvent devant notre miroir pour ne perdre aucune seconde de ce voyage !  C’est en saisissant ce flacon que nous offrons à nos yeux ce magnifique spectacle. Le bijou, saisi entre nos doigts, relâchera un précieux nuage de molécules odorantes qui, au contact de la peau, éclatera en une centaine de notes olfactives des plus précieuses. Notre corps entier réagit à cette alchimie qui nous offre là son plus beau résultat. Séduisant, attirant, fragile et mystérieux, envoûtant ou pétillant. Quel que soit l’adjectif qui caractérise notre personnalité, le parfum nous sublime et nous rend fort. Nous voilà donc prêts à quitter la maison, celle qui nous protège et nous rassure.

Prêts pour affronter les rues et ses regards, parfois bienveillants et parfois moins. Une chose est sûre : notre parfum nous protège. Il est ce meilleur ami invisible qui se faufile dans l’air et enivre les esprits des gens qui nous croisent, parfois de trop près. Avec lui, je suis beau. Avec lui, je me sens parfois moins fragile.

Pourtant fragile, je le suis. Je le suis, mais je ne le dis pas. Personne ne le sait vraiment, sauf ce reflet dans le miroir. Lui il le sait ! Ce vieil ami qui me regarde chaque jour, qui emprunte mes traits et mes humeurs et me montre ce que j’arrive si bien à cacher à d’autres. Je l’aime ce vieil ami, car c’est lui qui me montre la vérité, qu’aujourd’hui je regarde avec fierté.

Le parfum n’a donc rien d’un subterfuge. Tel un vieux sage, ma signature olfactive retrace fièrement mon histoire, ses émotions et son caractère. Ma vie en une seule senteur. Mon humeur d’un seul coup de nez ! C’est grâce à lui que les yeux de ces autres, ici ou ailleurs, voient ma fragilité, qui brille comme de l’or, qui scintille fièrement, qui éblouit sans craindre d’aveugler.

e67e115303dd70be4bea3869fa7af017

Être fragile n’a jamais été si beau ! Etre cassé en mille morceaux n’a jamais été aussi bienfaiteur ! Si tout le monde ne sait pas encore comment transformer ses échecs en or, alors en moi, ils trouverons l’inspiration ! Aujourd’hui, je suis un Kintsukuroi !

Définition du mot Kintsukuroi: Mot Japonais qui signifie « réparer avec de l’or ». L’art de réparer une poterie avec de l’or, afin d’en réunir les morceaux. Comprendre ainsi que la pièce est encore plus belle par le fait d’avoir été cassée…

Philippe K.

Esxence 2015 Milano

3 avril 2015 at 10 h 08 min

Oh oui ! Je l’attendais ce séjour à Milan. A peine le pied posé en gare de Milano Central, je sentais déjà que ce séjour serait unique. Je n’allais pas être déçu.

Je saute dans un taxi (qui, accompagné d’un regard lourd de sous-entendus, me précisera que j’aurais tout à fait pu aller à ma destination à pied) et pars retrouver Julien et Madalina au centre. Nous sommes à la veille de l’ouverture, nous devons installer l’espace Jul et Mad Paris sans plus attendre.

Outside the temple

A peine entré dans cet hall d’exposition, je découvre les alcôves de chaque marque. Une fourmilière qui s’active, chacun son métier, tous selon un timing qui devient de plus en plus serré. Les heuGolden Jul et Madres passent, les gens défilent, les nouveaux visages me regardent, nous regardent, nous saluent souvent, nous embrassent parfois, en marchant.

Il est prêt, nous allons enfin pouvoir partir nous reposer un peu. La nuit sera courte, et le réveil se fera dans l’excitation de présenter la nouveauté. J’ai peur, je ne sais pas vraiment si je serai à la hauteur, si mon anglais sera suffisant, si je ferai voyager les visiteurs comme j’aime le faire en découvrant avec eux une nouvelle fragrance.

Chemise repassée, blaser parfaitement reposé sur mes épaules, derniers ajustements vérifiés, derniers regards. Les portes s’ouvrent.

Alcôves et standsSans oser regarder cette heure qui défile, je comprends que les deux premiers jours ouverts à la Presse, aux Distributeurs et aux Retailers seront chargés et passionnants. Leurs yeux nous regardent, nous fixent, nous questionnent. Attentifs et passionnés, certains pourraient passer des heures à nous écouter. Ils le savent, le salon regorge de nouveautés qu’il faudra se dépêcher de reporter sur un blog ou dans un article. La course est lancée, nous sommes trop nombreux pour se tromper. Notre nouveauté doit et sera l’une des meilleurs.

Ce sentiment incroyable et unique me submerge. Je le sais, je suis à la bonne place. Je me suis battu pour faire entendre une voix, pour que les consommateurs ouvrent leurs yeux et se débarrassent des influences du marketing pour faire un choix. On le sait, il est omniprésent dans l’industrie du parfum, mais il est quasi secondaire dans ce salon. Les marques le savent, chaque visiteur sera avant tout sensible à la structure olfactive d’un parfum,  sa complexité et sa profondeur.

Me and JM

Raconter une histoire, faire voyager le parfum d’un pays à l’autre, plonger dans un marasme d’émotions inconnues ou méconnaissables, le parfum reste l’un des moyens le plus sûr de quitter ce monde fou, l’espace de quelques instants. Eux, moi, vous… nous cherchons tous du rêve, et c’est à Esxcence Milano que j’ai fait l’un des plus beau !

Tous voulaient créer l’événement, mais le marché est impitoyable. Il faut être bon, il faut investir et ne pas se tromper. Les professionnels ne s’y trompent pas et le salon fait chaque année des victimes. Cette industrie est sans compromis, et la marque Jul et Mad aussi !

Je le savais, aux premiers regards de ces visiteurs. En approchant de notre espace, leurs yeux ronds, que j’aime voir, ceux d’un enfant à qui l’on aurait promis une surprise, un nouveau jouet. Ces yeux s’ouvrent et s’illuminent. Ils nous regardent avec grandeur et prêt à bondir de joie. Nous ne pouvions pas les décevoir. Ni eux, ni nous-même.

3 nouveaux-nés en même temps. 3 nouvelles fragrances. Les Whites : Néa, Nin-Shar et Garuda. Chaque création repose dans un écrin entièrement fait à la main, en bois laqué des plus raffiné, renfermant un flacon au savoir-faire des plus rare. Plongé dans un bain d’or, le précieux flacon viendra se sceller parfaitement dans son écrin s’ouvrant comme une pièce de théâtre. La pièce sonne ses 3 coups, et nos yeux s’ouvrent sur ces merveilles… Les mots ne suffiront pas, ne suffiront jamais à décrire l’émotion ressentie aux premières accroches de ces trois créations. L’une d’elle aura marqué mon sens le plus affuté.

Garuda. Hommage à la mythologie bouddhiste, moitié homme moitié oiseau, ce dieu sera sera le symbole de la civilisation disparue d’Angkor. Jamais je n’avais senti cela auparavant. J’avais par ailleurs très peur. Du oud, encore du oud. Ce oud si recherché, et si détesté. Trop lourd, trop imposant. Trop. Oui mais…

Golden GarudaIl y a un secret. Une fragmentation de ce bois rare comme jamais utilisé auparavant. Un secret des plus difficile à garder. Oui car c’est bel et bien le secret. Difficile pourtant de croire que cette note si lourde et terreuse puisse être enfin utilisée de manière digne. Elégant, Garuda réussit l’exploit, celui de manipuler le oud, lui donner l’ordre de se fondre dans la masse, et de venir se faufiler entre chaque note, afin de les rendre plus puissantes et plus ancrées dans leur pyramide. L’or est au rendez-vous. Il est là, sous nos yeux, dans notre main et dans notre nez. L’or porte enfin son identité olfactive.  Le safran sera doré, le timbersilk sera doré. Coup de foudre pour le cashmeran et hommage à ce bas relief de ce temple Cambodgien qui, lorsque le soleil se couchera, viendra frapper les reliefs de ces murs, gravé de milles Garuda. La pierre se change en or, chaque soir. Patchouli et vanille viendront lui apporter douceur et rareté. Pourtant oui pourtant…

Garuda du haut de son exploit olfactif ne fera pas d’ombre à Néa et Nin-Shar. De l’opulance de Byzance aux jardins suspendus de Babylone, chaque création ne trompera pas les aficionados du domaine. C’est ici l’une des plus belle réussite du salon, et de l’année 2015. Et c’est Julien et Madalina qui la propose, … Et c’est moi qu’ils ont choisi pour honorer cette présentation mondiale.

De ma rencontre avec Luca Maffei, parfumeur et créateur de Néa et Garuda, et de son adorable collègue Brandusa, à celle de Roberto eMen in framet Daniela, et à celle de nombreux passionnés et professionnels du métier, ce séjour n’aurait pu être plus beau. Malgrés certaines jalousies qui nous rappellent à quel point nous pouvons être fier de ce que nous sommes et faisons, le salon et ses merveilles auront fait la valeur de cet article, qui lui-même fera la fierté de mes proches. Ceux qui savent que je revis en parlant de parfum, que je m’enivre de chaque histoire avec naïveté et que j’invite chaque personne qui le choisira, à partager ce voyage avec moi…

Merci pour ce moment, de votre confiance, Julien et Madalina. Esxence Milano… See you next year !

 

Mad et Me

 

Philippe K.